5 questions pour comprendre les biocarburants : Bioéthanol, Superéthanol E85

Le bioéthanol a le vent en poupe. Utilisé principalement comme alternative à l’essence dans nos voitures, il est aussi présent dans le domaine du chauffage domestique avec des cheminées et poêles. Son utilisation en tant que carburant a fortement progressé depuis que l’État a autorisé l’installation de boîtiers de conversion.

Le bioéthanol, qu’est-ce que c’est ?

Fabriqué à partir de végétaux contenant du sucre (betterave, canne à sucre, coco…) ou de l’amidon (blé, maïs…), le bioéthanol est obtenu par fermentation. En France, sa production représente 1 % des surfaces agricoles cultivées : elle n’a donc pas d’impact significatif sur les ressources alimentaires. Cela sera d’autant plus vrai lorsqu’on produira l’éthanol à partir des déchets de plantes – tiges et feuilles – comme on l’expérimente actuellement.
Le bioéthanol fait partie des énergies renouvelables et présente l’avantage d’être beaucoup moins polluant.

Quels sont les carburants au bioéthanol en France ?

En France, le bioéthanol est produit à partir de betteraves et de céréales. Il est associé à l’essence sans plomb 95, dans des proportions allant de 65 % à 95 % pour former un biocarburant : le superéthanol E85. Afin qu’il soit bien reconnu par les automobilistes, la couleur bleue a été adoptée pour son affichage à la pompe et pour le pistolet du flexible d’alimentation, où le E85 s’inscrit dans un rond. Depuis la réglementation européenne du 12 octobre 2018, c’est en effet le rond qui est associé à l’essence alors que le carré symbolise le diesel.
Les autres types d’essence ont également introduit une proportion d’éthanol : 5 % pour le E5 (ex SP98) et 10 % pour le E10 (ex SP95). Les gazoles B7 et B10 en contiennent 7 % ou 10 %.
Le prix de ces biocarburants est très incitatif : en effet, il divise la facture du plein au minimum par deux.

Qui peut utiliser du superéthanol E85 ?

Compte-tenu de son prix attractif, la tentation est grande d’utiliser du bioéthanol. Il faut cependant être très prudent, car toutes les voitures ne sont pas conçues pour rouler avec ce type de carburant. Du fait de sa nature, l’alcool présente un risque pour les durites ou joints des véhicules non adaptés.
Pour rouler au bioéthanol E85, il faut donc :

  • Posséder une voiture fabriquée après l’année 2 000. Sauf quelques exceptions, tous les véhicules construits après cette date ont été conçus pour résister à l’éthanol ;
  • Posséder un véhicule dit Flexfuel : ceux-ci peuvent rouler indifféremment au superéthanol E85, au super E5 ou au sans plomb E10, avec possibilité de mélanger. Le réservoir est prévu pour accepter tous ces types d’essence. Abandonnée pendant un temps, cette technologie revient en force sur le marché.
  • Équiper sa voiture d’un boîtier de conversion. Un arrêté du 30 novembre 2017 fixe les conditions d’homologation des dispositifs de conversion des véhicules à essence en véhicules à carburant modulable essence superéthanol E85.

Comment convertir son véhicule au bioéthanol E85 ?

Acheter un boîtier de conversion

Tous les véhicules ne sont pas aptes à recevoir un boîtier de conversion. Seuls les propriétaires de véhicules classés dans les normes 3 à 6 peuvent s’équiper du kit de passage à l’éthanol. Il s’agit principalement des voitures essence mises en circulation depuis le 1er janvier 2001.
Plusieurs opérateurs se sont lancés sur le marché et ont conçu des dispositifs adaptés aux diverses motorisations ou normes. Les boîtiers de conversion sont soumis à une homologation par l’UTAC (Union Technique de l’Automobile du motocycle et du Cycle), un organisme privé. Tout au long de l’année 2018, des homologations ont été accordées aux trois principaux fabricants : ARM engineering Biomotors et FlexFuel. Ces deux derniers ont plusieurs longueurs d’avance, avec chacun plusieurs boîtiers ayant satisfait aux contrôles.

Installer le boîtier de conversion

S’il est possible de procéder soi-même à l’installation, il est préférable de passer par un garage partenaire des marques, afin de bénéficier de leur garantie de trois ans. Ceci est particulièrement important si la voiture est encore sous garantie constructeur, car bon nombre d’entre eux ont tendance à faire cesser la garantie des véhicules ainsi transformés. Pour le montage, plus de 1 000 partenariats ont été conclus par Biomotors et FlexFuel avec des chaînes de garages et ARM en dispose d’une trentaine à travers la France.
Attention : cette modification du véhicule nécessite le changement de la carte grise. Cette opération est gratuite dans la grande majorité des départements français.

Rouler avec un biocarburant, est-ce vraiment économique ?

Avec un prix au litre divisé au minimum par deux, il est aisé de penser que le passage au superéthanol E85 va représenter une belle source d’économies. Il y a cependant quelques bémols :

  • La consommation au km est plus importante. Il faut compter une augmentation d’environ 20 % ;
  • L’investissement de départ, qui peut dépasser 1 000 €, tous frais compris, ne se rentabilise qu’après un nombre important de kilomètres ;
  • Il vaut mieux disposer d’une pompe à éthanol à proximité de son parcours habituel, pour ne pas faire de kilomètres supplémentaires. À l’heure actuelle, seule une station service sur 10 distribue du E85, la plupart du temps celles des enseignes de supermarchés. Ce chiffre est cependant en constante augmentation, ce qui est une bonne nouvelle pour ceux qui envisagent de s’équiper.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *